moischeegroupThe Roma minority from the towns of Plovdiv and Rakovski in Bulgaria

French-German project 

The reason of our research in the city of Plovdiv, located in the Region of Trakia was to learn about the situation of the local Roma minority. For better understanding of the cultural context, we met representatives of different communities and ethnic groups. We also left Plovdiv and went to the town of Rakovski, where most of the inhabitants are Catholic Christians while the majority group in Bulgaria are Orthodox Christians. The pictures of the Roma communities in Plovdiv and Rakovski are from the cultural and social aspect very different. You can learn more about it in our broadcast.

 

Ils se sont mariés très tôt: Les filles à l'âge de 15 ans 

 

En conséquence, ils interrompent et ne poursuivent pas leur éducation scolaire et se retrouvent au chômage, "c'est aussi le principal problème parmi les jeunes roms", a déclaré Assen, qui est un garçon rom. Assen travaille comme coiffeur et ses amis Vasco (Vasco étudient dans des écoles pour la construction métallique). Aussi pour Assen, l'enseignement secondaire est très important, il est lui-même un étudiant à l'école secondaire "Najden Gerov" à Plovdiv, où la majorité des jeunes sont d'origine rom.
Notre groupe de 12 jeunes et 4 enseignants de France, Never et Berlin, en Allemagne, a rencontré des étudiants de l'école "Najden Gerov" ainsi que des étudiants de l'école secondaire professionnelle pour la construction métallique. Qui étaient ces jeunes gens : Ils chantaient et dansaient avec nous et ils étaient très heureux de rencontrer des jeunes d'autres pays.


Hari was one of those students, he lives in Stolipinovo as most of his schoolmates

 

Hari was one of those students, he lives in Stolipinovo as most of his schoolmates. Hari sings, dances, plays football and writes rap songs. A very optimistic and energetic person. He identifies himself as Turkish, Moslem and speaks Bulgarian and Turkish. Most of the Roma people from Plovdiv say, that they are Turkish, not Roma. Yet, their Turkish language skills seem not to be very developed, but all of them speak fluent Bulgarian. The Bulgarian language teacher shares this experience: The Roma students have big problems with the grammar and vocabulary and it is challenging to overcome these knowledge gaps.
On the other hand, the principal of Technical College for Metall Construction explained, that at his school Roma students learn a profession in the field of auto mechanics and that they are very successful. By means of the European projects they have also the chance to acquire a second profession, which improves their chances to find a job.
25 years ago, the school had not accepted the Roma young people, but in the last decades more and more could attend the classes. Today, the most students are Roma.

 

The radio broadcast

 

Minorities in Plovdiv and its region
 

 

Multiethnical city

 

Plovdiv is a melting-pot of different ethnic groups co-existing side by side since centuries. Plovdiv is an ancient city, its name changed over the centuries. Philipopolis, Trimontium, Felipe and Plovdiv. In the old town of the city one can see the Greek amphitheater, the stadion built by the emperor Adrian, the old mosque and synagogue and many churches, also the Armenian church. Bulgarians, the greek, jewish, turkish, armenians and also the roma people have been living here since centuries. The cultural mixture is visible in the architecture. Houses from the Renaissance, streets and coffee shops from the Osman age, an Armenian, Greek and Romanian architecture, Jewish cultural center and Turkish cultural center blend into one landscape. The ethnic groups celebrate together hanuka and christmas.

  • amphitheater
  • hadriansstadion
  • moischeegroup
  • momostreets
  • osmanstreets

La raison de nos recherches dans la ville de Plovdiv, située dans la région de Trakia, etait de découvrir la situation de la minorité rom là-bas. Pour mieux comprendre le contexte culturel, nous avons rencontré des représentants de différentes communautés et groupes ethniques. Nous avons également quitté Plovdiv et nous sommes allés dans la ville de Rakovski, où la majorité des habitants sont des chrétiens catholiques alors que la majorité dans le pays sont des chrétiens orthodoxes. L'image de la communauté rom est très différente à Plovdiv et à Rakovski, du point de vue culturel et social. Comment est-il, vous pouvez découvrir dans notre broadcast.

Nous connaissons ou rencontrons tous les Roms. Dans la ville de Plovdiv, ils sont nombreux, plus de 50.000 personnes dans une ville de 400.000 habitants.

 

The movie

 

 

Ils sont pauvres et vivent dans un ghetto. Le nom du ghetto est Stolipinovo, où les maisons ont été construites illégales, il y a des problèmes avec l'eau et l'électricité. D'un autre côté, lorsque nous découvrons des rapports et des statistiques sur des minorités comme celle-là, nous oublions de faire des recherches, comment sont les conditions de vie de la majorité dans le pays, quel est le niveau de développement du service social dans ce pays. En Bulgarie, les chômeurs reçoivent environ 20 euros par mois et pas seulement les Roms, mais tout le monde. Aussi les salaires sont à environ 250 euros par personnes. Les Prix augmente et la situation sociale est dramatique pour de nombreux Bulgares. N'oublions pas surtout, le manque d'éducation et de qualification est la principale Raison de la decroissance d'intégration sur le marché du travail, ce qui est le cas des Roms. Pourquelles raisons? Des projets éducatifs également soutenus par l'UE aident les jeunes roms à trouver un emploi et à obtenir une qualification. Nous devons considérer que non seulement l'argent et les projets peuvent aider à ameliorer intégration sociale. En particulier, l'attitude d'apprendre, de recevoir de meilleures connaissances et qualifications est l'aspect le plus important de ce processus d'intégration ou d'inclusion. Sans cette sensibilisation, n'est-il pas possible du tout d'être intégré et inclus dans la société? Le chef de la Fondation Rom de Plovdiv, M. Anton Karagjozov, nous a dit qu'il existe différents projets éducatifs qui permettent aux enfants Roms d'étudier dans les écoles, où la majorité des élèves sont des Bulgares. Ils ont quitté le pauvre quater de Stolipinovo et l'école roma pour suivre des cours dans le centre de Plovdiv. Ce projet a été très reussi. D'autre part, il fallait que les enfants Roms soivent prises individuellement de chez eux par les travailleurs sociaux et les enseignants, au contraire des enfants des autres écoles sont transportés par autobus et que toute la procédure soit liée à de nombreux efforts. Pour optimiser et limiter la quantité de travail, le soutient familiale est tres important. Là où dans la famille commence l'éducation. Comment vivent beaucoup d'entres les gens roms?
Ils se sont mariés très tôt: Les filles à l'âge de 15 ans .En conséquence, ils interrompent et ne poursuivent pas leur éducation scolaire et se retrouvent au chômage, "c'est aussi le principal problème parmi les jeunes roms", a déclaré Assen, qui est un garçon rom.

Hari était l'un de ces étudiants, il vit dans le quater rom de Stolipinovo comme la majorité de ses camarades de classe. Hari chante et danse, joue au football et écrit des chansons de rap. Un Garçon très optimiste et vital. Il s'identifie comme turque, musulman et parle à la fois bulgare et turque. La plupart des Roms de Plovdiv disent qu'ils sont turcs et non pas roms. Leur connaissance de la langue turque ne semble pas très développée, mais tous parlent bien le bulgare. L'enseignante de l'école bulgare a partagé son expérience : Les étudiants roms ont de gros problèmes de grammaire et de vocabulaire et il est parfois difficile de combler ces lacunes, a-t-elle déclaré.


D'autre part, le directeur de la construction de l'école secondaire pour Métal a expliqué que, dans son école, les étudiants Roms apprennent un métier dans le domaine de la mécanique automobile, ils ont beaucoup de succès. Au nom de projets européens, ils ont aussi la chance d'étudier une deuxième profession, ce qui améliore leurs chances de trouver un travail.
Il y a 25 ans, cette école de construction métallique ne travaillait pas avec les jeunes Roms, mais au cours des dernières décennies, de plus en plus de jeunes Roms ont assisté aux cours. Aujourd'hui, on étudie presque uniquement des étudiants roms.

 

Philipopolis-Trimoteur-Felipe-Plovdiv

 

Lorsque on parle de Plovdiv, nous devons considérer que les différents groupes ethniques se côtoient depuis des siècles. Plovdiv est une ville ancienne, dont le nom a changé aux cours des centuries. Philipopolis, Trimoteur, Felipe et Plovdiv. Dans la vieille ville de la ville, vous pouvez visiter l’amphithéâtre grec, le stade construit par l'empereur Adrien, la vieille mosquée et la synagogue et de nombreuses églises, même l'église arménienne. Ici vivent des bulgares, des grecs, des juifs, des turcs, des arméniens et aussi des Roms depuis des siècles. Le mélange culturel est visible aussi sur le plan architectural. Maisons de la Renaissais, rues et cafés de l'époque Osman, école arménienne, architecture grecque et roumaine, centre culturel juif et centre culturel turc. Les différents groupes ethniques célèbrent ensemble hanoukka, noël. Au jour de la langue maternelle, le jeune peuple représente un extrait du roman "Le petit prince" écrit par Antoine Exupéry en bulgare, hébreu, ladino, arménien, grec et turc.
Pas loin de la mosquée se trouve le centre culturel juif. C'est un vieux bâtiment du 19ème siècle avec des bibliothèques et des salles communautaires, où les citoyens de Plovdiv peuvent assister à des cours de musique par exemple, il y a aussi des cours d'hébreu et de ladino. Ani est l'une des librairie, qui est un bougran, de la religion catholique et très passionné par la culture juive, elle et son collègue ont expliqué les activités du centre juif et préparé pour nous le fil rouge et blanc pour faire la «martenizi », décoration bulgare pour le printemps. Nous avons également goûté le doux turc Lokoum et lors de la présentation appris, que tous les Juifs bulgares de 50.000 ont été revendus par le public bulgare, l'Eglise et le gouvernement des déportations pendant la seconde guerre mondiale.

Notre prochain arrêt dans la région de Plovdiv était la ville de Rakovski. 20 km. loin de Plovdiv, Rakovski a aussi une société très mélangée. Il y a aussi des Roms, qui se comprennent bulgares et chrétiens. Ce sont des chrétiens protestants et non des musulmans comme à Plovdiv. L'Eglise catholique et ses organisations sont très impliquées dans le soutien de l'intégration culturelle des Roms. Ils sont plus pauvres que nous et nous leur apportons donc des vêtements et de la nourriture, explique une jeune femme de la communauté franciscaine. "Nous les invitons chaque fois à nos fées et ils nous invitent". Nous avons rencontré les représentants de l'école, de l'église et du quartier rom dans le centre culturel de Rakovski. A côté se trouvait l'église catholique. Un bâtiment impressionnant avec un nouvel orgue à l'intérieur. Le prêtre Dimitri nous a été accueilli. "Nous voulons rester et vivre ici, l'Allemagne est un beau pays, mais voici notre place", a déclaré le directeur de l'école Rakovski.

 

Different socail and cultural pictures of the roma community in the region of Plovdiv

 

Our next stop in the region of Plovdiv was the town of Rakowski that is situated 20 km away from Plovdiv. As the latter, Rakowski is known for ethnically mixed society. The Roma people also live there who identify themselves as Bulgarians and protestant Christians. The Catholic church and its organizations are very engaged in the support of the cultural integration of the Roma. They are poorer than we are and therefore we bring clothes and food to them, a young woman from the Franciscan community explained. "We invite them every time to our feasts and they invite us". We met the representatives of the school, the church and the roma neighborhood in the cultural center of Rakowski. Next to a Catholic church is located that is an impressive building with a new pipe organ. The priest Dimitar welcomed us. "We want to stay and live here, Germany is a nice country, but here is our home", the principal of the Rakowski School said.

 

Thanks to our partners from Nevers: Nadia Rabhi, FOL58 and Amnesty International Nevers

Special thanks to our partners from Plovdiv and Rakovski: The Youth Center in Plovdiv, the School "Najden Gerov" and the School for Metal Construction from Plovdiv, the Jewish Cultural Center, the Armenian School, the Roma Foundation, the Municipality of the town of Rakovski.

 

Authors of the videos: Toni Reichardt and Thomas Schumann

Translation into French: Sofiane Yaiche

Moderation and interviews: Mohamed Jana, Mahmud Nakal and Ali Nakal

Editor: Mila Zaharieva-Schmolke

Music: Bulgarian songs "Trakiiska sjuita" and "Polegnala e Todora", Ladino song sang by Los Pasaros Sefaradis from Istanbul, music pieces from www.bensound.com

 

 

 

contentmap_module

 

By using this website you agree to the use of cookies in accordance with our data protection policy.